Faites un don
Taille du texte
English

En solidarité avec les chefs Wet’suwet’en

2 mars 2020 Communiqué

La CJCH tient à manifester sa solidarité envers les peoples autochtones tout d’abord, à propos de leur décision de demander aux gouvernements de respecter la règle de droit concernant leurs terres, mais également, à condamner la montée de la haine envers ces peuples.

 “La vérité et la réconciliation commencent par un changement de la manière dont nous nous parlons les uns aux autres”: Sénateur Murray Sinclair, ancien Commissaire de la Vérité et de la Réconciliation du Canada. Nous sommes alarmés de constater combien nous sommes loin d’atteindre cet objectif dans ce pays, comme l’a illustré un récent titre du Globe and Mail, “Les peuples autochtones font face à une remontée du racisme envers eux, suite à leurs protestations” (29 février, 2020).  

 

Les peuples autochtones entendent et lisent des discours et autres menaces de violences racistes en guise de réponse aux blocages et au ralliement derrière les Chefs Héréditaires Wet’suwet’en qui se sont opposés aux lignes de gaz de Coastal GasLink.

Il est essentiel pour les canadiens de savoir et de reconnaitre la vérité à propos de notre histoire commune lorsque nous faisons face à une inconvenance temporaire causée par les blocages des routes et des voies ferrées. Cette dernière, bien qu’immédiate et réelle, est bien pâle en comparaison des 150 ans de colonialisme avec son héritage de génocide, de ségrégation raciale et de racisme systémique.

 Au cœur de ces actuelles agitations se trouve le refus du gouvernement d’honorer la règle de droit lorsque la Gendarmerie Royale du Canada a arrêté et déplacé les Chefs Héréditaires de leurs terres. En effet, les terres Wet’suwet’en sont des terres non cédées, c’est-à-dire qu’elles ne font pas l’objet d’un traité entre la Couronne et les Premières Nations. “Le titre Autochtone” a été reconnu en droit canadien et la décision emblématique Delgamuukw de la Cour Suprême du Canada en 1997 reconnait les Chefs Héréditaires comme étant les représentants de ce titre. La Déclaration des Droits des Personnes Autochtones des Nations Unies a été implémentée en Colombie-Britannique et elle prévient l’usage de la force afin de retirer de leurs terres les personnes autochtones.

Des discussions en personne sont en cours entre la Couronne et les Chefs Héréditaires, cela doit être la seule approche lorsque l’on parle de nation à nation. Respect et renforcement des relations sont les étapes nécessaires afin d’amener de la confiance et du bon vouloir. Voilà comment doit se faire la tâche difficile de la réconciliation.

 

 

 

Commenter